Blog Yonne Développement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Développement durable

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 3 novembre 2016

Les Tendances d’Emma, une tendance vertueuse

stickersatnd-logo_HD.jpg

Il suffit d’une rencontre et des valeurs communes pour créer une entreprise.

Emma, engagée et militante, c’est Emmanuelle. Cette ancienne infirmière en réanimation à l’hôpital d’Auxerre et mère de 3 enfants, a transformé l’utilisation de produits jetables en consommation durable. Des produits tout simples, qui ont un sens et qui permettent de vivre au quotidien l’écologie de demain. Celle qui s’intègre dans nos vies.

Lire la suite...

mardi 17 mai 2016

Géochanvre inaugure la 1ère usine Française de produit autodégradable dans l’Yonne

GÉOCHANVRE1

L’entreprise a été officiellement inaugurée, mardi 10 mai 2016, en présence de tous les acteurs économiques du département. Une clé du renouveau industriel du Tonnerrois, plébiscité ce jour-là par le Préfet de l’Yonne, Jean-Christophe Moraud. « C’est l’industrie qui a fait la fortune de ce territoire puis son infortune. Je pense que c’est l’industrie qui le fera renaitre ».

Lire la suite...

lundi 14 avril 2014

Le constructeur BOISDICY réinvente le concept de la maison passive

BOISDICY

Depuis quelques jours, le constructeur de maisons ossature bois à haute performance énergétique de l’Yonne défend les principes vertueux d’un modèle économique unique lié à l’habitat. Il l’a baptisé sous la forme d’un clin d’œil étymologique judicieux : l’écolonomie. Cette juxtaposition heureuse entre les deux termes, écologie et économie, pourrait devenir très vite la référence marketing de l'entreprise positionnée depuis 2007 sur une approche originale de la maison passive. S’adressant aussi bien aux propriétaires d’un immobilier neuf que ceux en proie à de la rénovation, le constructeur de Dicy, petite bourgade de l’Aillantais, opte avec cette stratégie bien affirmée pour un habitat sain et naturel.

Lire la suite...

lundi 20 janvier 2014

Le pépiniériste NAUDET replante des végétaux grâce à la compensation carbone appliquée par les entreprises…

NAUDET-Création Espace

Triste constat : la forêt française souffre de l’importante perte de ses espèces dans les sous-bois. En l’espace de quinze ans, la plantation de jeunes arbres a diminué de 70 % aussi bien dans les domaines forestiers publics que privés ! D’où l’intérêt de spécialistes de la question végétale en France d’enrayer coûte que coûte ce fléau environnemental. Comment ? En s’inscrivant dans un vaste programme incitatif à la compensation carbone.

Lire la suite...

mercredi 10 juillet 2013

Développement Durable: BOURGOGNE RECYCLAGE fournira de l’énergie aux industriels de la région

IMG_4395.jpg

Valoriser les déchets non recyclables en les transformant en combustibles pouvant alimenter les chaufferies des sociétés industrielles : le nouvel enjeu est de taille et se présente plutôt bien pour BOURGOGNE RECYCLAGE à quelques semaines de l’automne.

Lire la suite...

mardi 30 avril 2013

Le groupe TUPINIER adosse son réseau de concessions sur les vertus de l’écologie

Plus d’un million et demi d'euros de travaux permettront au cours de ces prochaines semaines à la holding icaunaise de procéder à d’importants travaux de dépollution des sols et d’aménagement des espaces professionnels sur le territoire de l’Yonne. Le groupe TUPINIER exerce aujourd’hui sa prédominance commerciale auprès de trois sites d’exploitation vantant les mérites du constructeur français Renault. Or, s’inscrivant dans une politique résolument orientée vers la sauvegarde de l’environnement et l’approche didactique de l’éco-conduite auprès de chaque automobiliste, la holding icaunaise à la tête de trois entités juridiques distinctes (Sens, Auxerre et Avallon) souhaite se calquer sur les directives écologiques nationales exercées par l’ex-régie et déclinées par le nouveau concept « Renault Store ».

Lire la suite...

vendredi 26 octobre 2012

Yonne Recyclage investit un million d’euros dans l’aménagement de sa plateforme

Filiale du groupe régional, Bourgogne Recyclage dont le siège social est situé en périphérie de Beaune, Yonne Recyclage inaugurera le 31 octobre la nouvelle configuration de sa plateforme logistique icaunaise, servant à la collecte, au tri et au traitement des déchets industriels sur la commune de Venoy. Ce sera l’achèvement définitif de plusieurs mois de travaux ayant nécessité une enveloppe budgétaire d’un million d’euros afin de procéder à l’étanchéité de cette zone de stockage importante dans le bassin auxerrois, l’édification d’un hangar d’accueil pour les métaux ferreux et non-ferreux ainsi que la construction de bureaux administratifs flambants neufs. Repris en 2010 par Yonne Recyclage à la société SOTRIBAT, ce site de collecte et de traitement mène une mission de valorisation des déchets, issus de la filière industrielle ainsi que des collectivités et autres prestataires de services. Outre les différentes variantes de métaux, transitent en grande quantité sur cette infrastructure des matières aussi disparates que le carton, le bois ou les DIB (déchets en mélange). A l’issue de leur collecte, ces produits suivent ensuite le cycle de la valorisation énergétique ou de la matière, permettant de recréer de nouveaux objets propres à la consommation.

Rivaliser avec les plus grands de ce secteur

Apparue il y a une soixantaine d’année et portée par le dynamisme de son fondateur Etienne SECULA, Bourgogne Recyclage, la maison mère de cette entreprise familiale, emploie aujourd’hui 230 collaborateurs pour un chiffre d’affaires consolidé à 40 millions d’euros. Dirigée par Pascal, petit-fils du fondateur, cette entreprise rivalise avec les plus grands opérateurs de ce marché de la collecte et du traitement des déchets : Veolia, Coved, Sita, De Richebourg…

La PME s’est installée dans l’Yonne en acquérant le site d’Auxerre Venoy en 2010 et en y développant une quinzaine d’emplois. L’an dernier, elle a ajouté à son escarcelle une nouvelle implantation située dans le Doubs. Dès lors, Bourgogne Recyclage n’a pas caché ses intentions de jouer un rôle majeur sur les régions limitrophes de son fief de prédilection, à savoir le Rhône Alpes, la Champagne Ardenne, le Centre et même l’Ile de France où elle possède un site à Nogent sur Seine.

YONNERECYCLAGE.jpg

Convaincre les plus réfractaires…

Bourgogne Recyclage travaille désormais en direct avec les grands noms de l’industrie à travers leurs sites régionaux : Areva à Chalon sur Saône, Solvay dans le Jura et bon nombre d’équipementiers de l’automobile. Ce sont in fine des centaines de milliers de tonnes de déchets industriels qui échouent chaque année dans les différentes zones de traitement réparties en Bourgogne et Franche-Comté. « Certes, constate David CARRETTE, le responsable du développement du groupe, les volumes diminuent légèrement depuis 2009 du fait du ralentissement de l’activité industrielle en France dont nous sommes très dépendants. Nonobstant, il existe encore des entrepreneurs réfractaires à l’idée de gérer au mieux leurs déchets. Il nous faut les convaincre lors de rencontres prospective et pédagogiques…».

Néanmoins, bon nombre de corporatismes (BTP, automobile, artisanat…) se disent prêts à franchir le cap dans la valorisation de leurs déchets. Ce qui est positif pour Bourgogne Recyclage et ses diverses filiales qui y exercent leur professionnalisme.

Bénéficiant d’un arrêté préfectoral qui l’autorise à traiter les déchets dangereux, Yonne Recyclage entrevoit de belles perspectives de développement avec ce site modifié. La croissance semble amorcer un véritable retour et d’autres étapes se profilent déjà à brève échéance. Par exemple, la mise en place d’un service de déchetterie professionnelle pour les petits producteurs de déchets jugés potentiellement dangereux. Si l’essor économique se confirmait, de futures embauches seraient à prévoir, notamment celles de chauffeurs, de commerciaux et de postes évoluant dans la logistique. Un chiffre traduit bien cet état de fait positif : chaque année, il se crée 2 % d’emplois sur ce secteur d’activité en France…

mardi 3 juillet 2012

La Compagnie du Vent exploitera le premier champ éolien de l'Yonne

La filiale du géant de l'énergie, GDF Suez, construira d'ici quelques semaines seize éoliennes sur le site formé par les deux communes de Chitry et de Quenne. Le rendement de ce premier champ éolien icaunais sera de deux mégawatts selon les estimations annoncées par l'opérateur. Le permis de construire a été ratifié il y a quelques jours par la Préfecture de l'Yonne. Ce paraphe officiel marque l'arrivée tant promise de cette production énergétique dans le département après plusieurs années d'attente. Les localités de Chitry et de Quenne verront bientôt se dresser dans leur ciel seize pylônes aux contours très caractéristiques, propices à fabriquer de l'énergie grâce à la simple force du vent. Filiale nationale de GDF Suez, La Compagnie du Vent produira une puissance énergétique équivalente aux besoins de consommation de la ville d'Auxerre, située à une dizaine de kilomètres de là. Cette même filiale exploite déjà le site de Sombernon implanté en Côte d'Or.

EOLIENNE1.JPG

Aujourd'hui, la Bourgogne est considérée à juste titre comme une région très favorable à l'implantation de l'éolien du fait de la présence de nombreux couloirs de vent spécifiques. Le Plan Climat, entériné lors du Grenelle de l'Environnement, prévoit par ailleurs l'installation de 46 éoliennes en Bourgogne. 23 d'entre elles seront réparties en Côte d'Or. Quant au reliquat, il concernera notre département puisqu'il y sera installé progressivement ces appareils d'ici 2025. La puissance totale de ces éoliennes sera de 500 mégawatts. Précisons que La Compagnie du Vent procède déjà à l'implantation d'un équivalent de 92 mégawatts en territoire bourguignon. Avant que ne soit édifiée une seconde tranche de sept éoliennes supplémentaires sur le bassin Auxerrois, d'autres projets conçus à partir de groupements privés devraient voir le jour sur notre territoire en marge de l'initiative initiale de GDF Suez.

La Compagnie du Vent devrait se rapprocher de PME locales pour la phase de construction de ce site auxerrois. A la fois performant et novateur, ce projet de production d’énergies renouvelables sera aussi porteur d’emplois pour l’Yonne. La filiale de GDF Suez a installé la première éolienne raccordée au réseau électrique français en 1991 à Port la Nouvelle, une commune balnéaire de l’Aude. Avant d’y développer le premier parc éolien deux ans plus tard. Alors qu’elle poursuit son essor à l’international (le premier parc éolien construit au Maroc est fonctionnel depuis l’an 2000), La Compagnie du Vent s’est engagée dans une politique de diversification très prometteuse, favorable au développement de l’énergie solaire. Deuxième producteur d’électricité en France, GDF Suez dispose d’un parc diversifié de près de 10 000 mégawatts de puissance installée, composé à 50 % de sources d’énergies renouvelables. Leader de l’éolien terrestre dans l’hexagone avec plus de 1 000 mégawatts installés, l’opérateur s’est fixé l’objectif de disposer de près de 2 000 mégawatts éoliens à l’horizon 2016. D’une certaine manière, l’Yonne contribuera à atteindre ce challenge…

mercredi 20 juin 2012

Les Architecteurs achèvent deux écoles BBC à Auxerre...

Dès l'automne, le complexe pédagogique du groupe scolaire Saint-Joseph La Salle à Auxerre sera agrémenté de deux nouveaux bâtiments 100 % basse consommation. La fameuse estampille BBC qui gagne de plus en plus d'adeptes sur notre territoire. Ces édifices accueilleront dans leur phase opérationnelle les classes de maternelles et de primaires de l'établissement. Une quinzaine au total. Oeuvre du groupement des Architecteurs de l'Yonne, un réseau unissant des professionnels de l'architecture, ce chantier est loin d'être anodin pour la filière bâtiment régionale. Plébiscité à l'échelon européen pour avoir reçu un triple label en matière d'écoconstruction, le concept se présente comme un cas d'école unique de la construction en France dont ne peuvent que se réjouir les différents partenaires de ce projet d'exception...Les deux bâtisses et leurs annexes ont été distinguées par trois labels européens reconnus des professionnels du bâtiment : le BBC Effinergie, le Minergie P ECO et le Passiv Haus. Quant à l'aspect international, il s'accentue encore sur ce dossier puisque l'étude thermique et dynamique a été réalisée par un ingénieur suisse, Dusan Novakov, du cabinet Viapositive. Cet expert intervient sur ce domaine si spécifique depuis plus de vingt ans...

archit.png

Lire la suite...

mercredi 16 mai 2012

Les sous-sols bourguignons, ressources de notre future énergie ?

Le futur énergétique des Bourguignons passe-t-il par l’exploitation de nos sous-sols ? C’est une question d’actualité que bon nombre d’entre nous se posons à la lecture régulière de théories plus ou moins sérieuses sur les richesses minérales contenues sous nos pieds ! Pour en savoir plus, le groupe Synapse, qui fédère un certain nombre de décideurs économiques et institutionnels du Grand Gâtinais et du sud de l’Ile de France, a proposé le 9 mai dernier à Fontainebleau une conférence débat avec l’un des spécialistes de la question, Damien Goezt, directeur de Géosciences Tech de Paris. L’initiative fut heureuse en cette période de crise énergétique sans précédent où les prix des carburants ne cessent de battre des records à la pompe. Existe-t-il une alternative au pétrole ? Il semblerait de prime abord que la réponse soit positive. Plusieurs pistes de réflexion se sont fait jour sur les deux territoires limitrophes que sont l’Ile de France et la Bourgogne. Si les ressources en hydrocarbures représentent environ trois quarts de la production mondiale d’énergie, il est clair aujourd’hui que cette situation ne pourra pas durer éternellement. D’une part, il y a l’impact environnemental de leur propre combustion qui a pris une importance indéniable au fil des années. D’autre part, la limitation des réserves mondiales est devenue une évidence. « On cherche aujourd’hui d’une part à développer rapidement de nouvelles filières énergétiques, et d’autre part à améliorer l’efficacité énergétique en diminuant la consommation dans certains domaines, comme le bâtiment, l’éclairage ou les transports, concède Denis Oulès, responsable du cabinet Pôle Sud Paris et porteur du groupe Synapse. Or, nos sous-sols interviennent à différents niveaux dans les développements actuels et futurs…».

sous_sols_1.jpg

Lire la suite...

mardi 20 mars 2012

SITA Centre fabrique de l’électricité en valorisant les déchets de la collecte sélective

Produire des kilos Watt heure à partir de détritus industriels et domestiques n’est pas une idée réservée au domaine de l’utopie. Grâce à l’apport de nouvelles technologies, développées sur les centres de stockage, ce qui semblait jadis impossible se transforme bel et bien en réalité tangible. Exit la science-fiction, place à l’évidence ! Ainsi, le pôle multifilières de Sauvigny le Bois, situé près de la bretelle d’autoroute au sud d’Avallon, en représente-t-il le parfait exemple. Sur ce site, perdu au beau milieu des forêts de feuillus et sur plusieurs hectares, est gérée l’une des huit filiales régionales du groupe SITA France Suez Environnement. Experte de la gestion globale des déchets depuis bientôt une centaine d’années, l’entreprise SITA est devenue au fil du temps le spécialiste du traitement et de la valorisation des déchets au sein de Suez Environnement. A ce jour, la structure emploie 19 500 collaborateurs et dessert sur le territoire national 15 millions d’habitants et 52 000 clients industriels et commerciaux dans tous les domaines de la collecte, depuis le tri réalisé en amont jusqu’à la valorisation et l’élimination des déchets banals et dangereux, effectuée en aval. Côté chiffre, SITA Centre réalise 106 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’année.

Sita_Centre_1.jpg

Lire la suite...

lundi 16 janvier 2012

Au Feu de Bio prêt à répondre aux enjeux technologiques de demain

Cinq ans déjà. Cinq années qui auront été au final très profitables pour asseoir la crédibilité de l’entreprise de Monéteau, spécialiste du chauffage énergie renouvelable, sur le marché icaunais. N’éprouvant aucune peine à marquer son empreinte sur le territoire, déjà fortement occupé par la concurrence, la TPE aux quatre collaborateurs vient de clôturer l’exercice 2011 en ayant largement dépassé ses objectifs prévisionnels de vente. Commercialisant et posant plus de 80 appareils (poêles, chaudières à granulés de bois, cheminées bûches), elle a pu étendre son influence parmi la clientèle de l’Yonne, bien au-delà des 50 chaudières initialement prévues à la vente ! En fait, la demande de travail a été si importante que le dirigeant de l’entreprise, Richard Mazella, n’a eu d’autre recours que de procéder à l’embauche d’un collaborateur supplémentaire afin de subvenir à la gestion du carnet de commandes. Pourtant, rien n’était gagné d’avance sur un marché volatile aux contours très contradictoires. Par exemple, si la part des granulés de bois poursuit une constante augmentation d’année en année, soit + 10 % enregistrés en 2011, il n’en est pas de même pour les appareils fonctionnant selon le mode « bois bûches ». Ceux-ci ont subi de plein fouet une très nette baisse significative de dix points. Pour autant, le coût des énergies n’a cessé de grimper au cours de ces derniers mois : hausses du gaz, du fioul et de l’électricité. La tendance tarifaire pour les granulés, quant à elle, demeure stable avec une progression substantielle de + 5 % au cours de ces cinq derniers exercices…

Lire la suite...

vendredi 9 décembre 2011

Les commerçants de Sens testent le recyclage des emballages usagés…

recycl_sens.jpg
Fidèle à la déclinaison de sa politique environnementale, la Communauté de communes du Sénonais procède à un test grandeur nature qui se rapporte à la gestion du recyclage des cartons utilisés par les commerçants. Depuis quelques jours, un container, permettant de recevoir les dépôts des emballages usagés, a été installé rue Gambetta en plein centre ville. Au fil de ces prochaines semaines, quatre commerçants ont décidé sur la base du volontariat de jouer le jeu en effectuant ce test expérimental. Différents critères d’appréciation ont été retenus pour mieux cerner la problématique du recyclage, propre à une agglomération telle que la ville de Sens. Grâce à ce test, les spécialistes de la CC du Sénonais pourront étudier à loisir le fonctionnement d’un tel service et ses aptitudes à devenir pérennes. Ainsi, seront pris en considération la vitesse de remplissage du container, la fréquence de la collecte, l’aspect esthétique de l’initiative et même la configuration de ce point de collecte dans le bâti.

Lire la suite...

jeudi 24 novembre 2011

Les nouveaux diagnostics favorables à la croissance de la société Agenda

agenda_1.jpg
Plus de 30 % de hausse du chiffre d’affaires en l’espace de quelques mois ! Les premiers enseignements de l’exercice 2011 peuvent s’apprécier à leur juste valeur pour ce spécialiste du diagnostic immobilier. Positionnée à la fois sur le territoire de l’Aube et son voisin, le département de l’Yonne, la PME dirigée par Didier Coutin, caracole sur les sommets de la réussite malgré la présence rugueuse de multiples concurrents. Depuis plusieurs années, ce secteur connaît une recrudescence de création d’entreprises, certaines fonctionnant avec plus ou moins de bonheur. Néanmoins, le renforcement de nouveaux contrôles (DPE, électricité, amiante, etc.) aura eu comme conséquence heureuse de garantir de l’activité à cette kyrielle de sociétés, indépendantes ou franchisées.

Lire la suite...

lundi 21 novembre 2011

La valorisation, le cheval de bataille de la CC du Sénonais

recycl_SS_1.jpg

Optimiser le recyclage des déchets résiduels du Sénonais afin d’améliorer la qualité de vie de ses habitants : voilà un concept interventionniste louable que porte depuis plusieurs années la Communauté de communes de l’un des bassins géographique les plus septentrional de l’Yonne. Cette volonté de bien faire n’est d’ailleurs pas prête de se tarir, eu égard au nouveau plan de bataille présenté il y a peu pour lutter du mieux possible contre la prolifération des détritus. La collectivité veut augmenter la quantité d’ordures ménagères recyclées et/ou compostées. Un quart du budget de fonctionnement de la Communauté sénonaise permet de gérer ce dossier environnemental très important. Depuis 2008, la collecte et le traitement des déchets domestiques sont devenus des axes de réflexion prioritaires. Les résultats le prouvent même s’il reste beaucoup de chose à faire. 19 000 tonnes de déchets transitent annuellement par le centre de valorisation implanté en zone des Vauguillettes à Sens.

Lire la suite...

L’équilibre environnemental interpelle les agriculteurs

agri.JPG La récente Foire de la Saint-Martin a démontré tout l’intérêt que porte la filière agricole pour le développement durable et ses enjeux. Les vieux sujets à l’instar des clichés pléthoriques datant de l’agriculture de nos grands-parents étaient totalement proscrits de cet évènement qui a lieu chaque année à pareille époque à Auxerre. Exit donc les chevaux de trait et le matériel dépassé. Place à la technique résolument moderniste, porteuse d’espérance et synonyme de productivité. L’agriculture d’aujourd’hui vit clairement avec son temps et s’équipe de GPS, de logiciels, de systèmes automatiques. Avec en toile de fond un formidable outil de communication représenté par Internet. Au cours de cette manifestation toujours très prisée des icaunais, beaucoup de thèmes puisés au tréfonds de l’actualité auront été abordés : prix et marges des produits agricoles, environnement, protection de la biodiversité, préservation de la qualité de l’eau, bonne utilisation des sols. Les agriculteurs réaffirment ainsi leur rôle capital dans l’harmonisation de cet équilibre indispensable entre la production et la nature nourricière. Ces sujets sont également abordés par les plus jeunes des générations d’exploitants issus des lycées agricoles et des Maisons Familiales Rurales de l’Yonne. Aujourd’hui, plus que jamais, les pratiques et les mentalités ont bien changé dans le milieu agricole. La Foire de la Saint-Martin fut en cela une excellente opportunité d’en convaincre le grand public.

Les étudiants de l’IFAG Auxerre mènent l’enquête…

ifag_1.JPG Dans le cadre de leur cursus pédagogique, les étudiants de première année de l’école supérieure de management IFAG Auxerre (Institut de formation aux affaires et à la gestion) plancheront jusqu’au printemps prochain sur la problématique du développement durable vécu à l’intérieur des entreprises. Depuis cinq ans, l’établissement organise une compétition entre différentes équipes de jeunes, toutes motivées pour concourir dans cette épreuve stimulante. Qualificative à un rassemblement régional proposé en janvier, celle-ci permet in fine de se frotter aux meilleures équipes du réseau national (IFAG compte à l’heure actuelle neuf établissements en France) et de se départager lors du challenge français fin avril. Récurrent, le thème lié aux applications concrètes des principes du développement durable en entreprise sert de trame de réflexion depuis le début de ce concours instauré en 2006. Les idées ne manquent pas pour les étudiants, réunis en module de quatre à cinq candidats. Ces derniers mènent avec minutie et sérieux les enquêtes d’investigation auprès de cibles corporatistes savamment choisies. Cette année, le mot d’ordre prioritaire est d’influer positivement sur les mentalités de ces acteurs économiques. Quels que soient leurs degrés d’implication. « A travers nos analyses, précise Renaud Duhanot, étudiant de l’un des groupes inscrits, nous souhaitons pérenniser nos actions dans le temps. Au-delà de la simple collecte d’informations, le but avoué de notre engagement vise à l’amélioration des pratiques environnementales au sein de l’entreprise étudiée ».

ifag_2.JPG
Réfutant de s’intéresser uniquement à des items tels le recyclage des déchets et leur phase de traitement, les étudiants veulent aborder pour cette étude le développement durable par un autre bout de la lorgnette, en humanisant davantage les conséquences en entreprise. Cet angle sociétal n’est pas pour déplaire à ces jeunes gens, âgés d’une vingtaine d’années, enclins à être déjà imprégné de culture environnementale. Suite à leur passage dans les entreprises sélectionnées, les groupes d’étudiants laisseront des boîtes à idées qui leur permettront de récolter les avis de chacun. Du dirigeant et des cadres jusqu’aux collaborateurs de base. Car, selon eux, tous sont garants de l’application effective d’une stratégie de développement durable efficace parmi leur outil de travail. En symbiose avec leurs intervenants pédagogiques et la direction de l’école supérieure de management, ces analystes en herbe rencontreront une fois par mois les responsables des entreprises qui se prêteront au jeu de cet audit vert. Afin de mieux concevoir la série de préconisations utiles qui leur seront proposées ensuite…Reste à savoir si elles seront réellement appliquées !

Peugeot Nomblot bénéficie des bienfaits de la vague verte !

nomblot_1.jpg

Inaugurée le 21 octobre 2010 à Auxerre, la première concession européenne du constructeur automobile Peugeot, bâtie selon les principes de la protection environnementale et de la maîtrise des économies énergétiques, a largement atteint ses objectifs. Les prometteuses opportunités, imputables à l’édification de ce concept « eco-concession » révolutionnaire, se sont muées depuis en bénéfices concrets pour le groupe Nomblot, détenteur de cet espace commercial très novateur.

Lire la suite...