Blog Yonne Développement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 12 janvier 2017

Développement économique de l'Yonne - Visite du site de ré industrialisation de Champigny sur Yonne

ABS84.JPG

Lundi 9 Janvier, Yonne Équipement s’est rendu sur l’ancien site d’Oxford, à Champigny sur Yonne.

Lire la suite...

mercredi 28 octobre 2015

Guernet Compresseurs, constructeur d’én[air]gie

GUERNET 1

Hervé Guernet, PDG de l’entreprise familiale « Guernet Compresseurs » a repris l’activité avec presque rien, a tout reconstruit et avait déjà tout pour réussir.

Lire la suite...

mercredi 30 juillet 2014

L’activité tôlerie de précision devient le maillon fort de la société YLTEC

FLORIAN BORDIER

Depuis 1986, YLTEC s’était fait un nom et une solide notoriété dans l’univers du nautisme en France. Ce spécialiste de l’accastillage, c’est-à-dire la fabrication de pièces servant à équiper les bateaux de plaisance et de navigation fluviale, va changer progressivement son fusil d’épaule au cours de ces prochains mois. Cet état de fait est imputable à la reprise de la structure survenue il y trois mois par un ancien cadre supérieur du groupe DE DIETRICH, Florian BORDIER.

Lire la suite...

mercredi 17 avril 2013

ACTP Micro Injection 89 a le vent en poupe et dépasse déjà ses prévisions...

En l'espace d'un trimestre, les chiffres plaident en faveur de la structure sénonaise et de son dynamisme palpable. ACTP Micro Injection 89, petite entité industrielle positionnée sur la conception de pièces de plastique en tout genre, a déjà dépassé ses meilleurs objectifs de croissance. Soit 10 000 euros de mieux que ce qui était initialement prévu sur le cahier des charges 2013 ! En avance sur son prévisionnel à force de nouveaux contrats glanés çà et là, le responsable de la TPE, Rémy BIENVENU, ne boude pas son plaisir. Confirmant de facto le Prix Stars et Métiers qu'il vient de recevoir des mains des dirigeants de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté il y a quelques jours à Auxerre. Concourant dans la catégorie emblématique de la stratégie globale en innovation, l'entrepreneur de Malay le Grand a été également plébiscité pour la saine gestion de son entreprise. Celle-ci a dégagé plus de 750 000 euros de chiffres d'affaires l'an dernier, continuant ainsi son inexorable hausse vers les sommets.

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2013

GEVELOT EXTRUSION ajoutera une nouvelle ligne de production en janvier…

Le leader européen de la forge de précision, spécialisé dans le secteur de l’automobile, va se doter d’ici quelques jours d’une nouvelle ligne de production sur son site de Toucy en Puisaye.

Ouverte depuis 1962, l’usine icaunaise qui va par ce biais accroître ses capacités productrices a dérivé très rapidement vers le domaine de la mécanique de précision utilisable par les constructeurs automobiles européens, délaissant de facto le segment historique de l’armement. Rappelons que fondée dès le XIXè siècle, GEVELOT EXTRUSION concevait à ses origines des armes de guerre : baïonnettes, sabres, épées, cartouches de chasse et amorces…

Aujourd’hui, le site le plus productif du groupe, dont le siège social est localisé à Laval (Mayenne), travaille en sous-traitance pour les ténors incontournables de l’équipement automobile. Ces derniers ont pour clients PSA, Renault, Opel ou Daimler Mercedes. GEVELOT EXTRUSION dispose de quatre unités de production réparties sur l’hexagone et de deux pôles de développement basés en France et en Allemagne. Important sa matière première depuis l’Allemagne (les bobines d’acier proviennent des usines du sidérurgiste MITAL), le groupe fabrique les groupes motopropulseurs, les liaisons au sol, les systèmes de direction ou des pièces de structure réservées à la conception des véhicules. Plus de dix millions d’automobile reçoivent ainsi chaque année des éléments de fabrication usinés par la PME qui emploie 715 collaborateurs à l’échelon global.

Pragmatisme et optimisation Permettant à une soixantaine de personnes de vivre de leur savoir-faire, l’usine de Toucy produit des pièces spécifiques pour la Classe A Mercedes ou la Peugeot 208 : pignons de crémaillère, pivots courts, rotules…Plus d’une centaine de pièces sortent à une cadence effrénée des machines de fabrication. Au cours du premier semestre 2012, celle-ci s’est accélérée sur le site de Puisaye, du fait de nouvelles commandes qui n’avaient rien de providentielles. Durant la période estivale, la direction du groupe a pris la décision d’investir en achetant une rouleuse servant à la fabrication de la visserie. Coût de cette acquisition : 600 000 euros. Avant-gardiste et ultra moderne, cet appareillage mécanique est le premier du genre en Europe. En matière de stratégie, la PME a adopté le principe de la « line manufacturing » depuis 2008. Ce processus a connu l’adoption de sa seconde phase applicative au cours de l’exercice antérieur.

Gevelot

Une filiale en Allemagne… La chasse au gaspillage et l’optimisation de la rationalisation des coûts sont devenus des leitmotivs récurrents de la part des responsables du site. Pour garantir le maintien de sa productivité, GEVELOT EXTRUSION fait travailler ses équipes en réduisant les gestes et les déplacements inutiles. Certaines lignes ont été réaménagées dans l’atelier. Le contrôle de la qualité s’effectue à l’aide d’une nouvelle machine, bourrée de systèmes électroniques, qui a rejoint l’unité de production au cours de l’année. Son achat a nécessité une enveloppe budgétaire de 150 000 euros. Toucy transforme chaque année 2 800 tonnes d’acier et atteint de nouvelles performances en matière de production, soit plus de douze millions de pièces vendues. Son chiffre d’affaires total est de 110 millions d’euros. Ce chiffre se complète grâce à la filiale allemande du groupe, DOLD, fonctionnelle sur la commune de Vöhrenbach. L’ensemble de la société réalise 150 millions de pièces dont les 2/3 se destinent au segment de l’automobile.

GEVELOT EXTRUSION demeure à l’heure actuelle une référence indiscutable de l’équipement des véhicules en Europe : boîte de vitesse, moteur, transmission, colonne de direction, train roulant, freinage, suspension, voire les renforts de carrosserie comme les airbags ou la climatisation embarquée. Agrée officiellement par le groupe français PSA en qualité de fournisseur majeur, l’entreprise de Laval a reçu le soutien en 2009 d’OSEO dans le cadre de la conception de produits destinés à des véhicules hybrides.

mardi 18 septembre 2012

SCOT Thermoformage assainit sa trésorerie avant de rebondir...

Changement de programme pour le groupe de Neuvy Sautour, spécialisé dans la conception d'alvéoles plastifiées servant à l'emballage de produits alimentaires et industriels. Une nouvelle politique, favorisant l'assainissement de la trésorerie et l'épuration du passif, vient d'être décidée par son nouveau responsable, Dominique HAUDIQUET, le directeur général de cette PME forte d'une cinquantaine de collaborateurs. Issu du monde de la presse (La Dépêche du Midi) et de l'impression (Laballery à Clamecy et Chevillon à Sens), ce manager à la force tranquille mais au dynamisme certain a marqué les esprits des membres de la coopérative ouvrière icaunaise, expliquant sans nuance mais avec habilité la nouvelle politique qu'il souhaitait appliquée lors d'une assemblée générale le 15 septembre dernier.

Un défi de taille mais pas insurmontable

Sollicité par l'Union régionale des SCOOP à rejoindre l'entité industrielle de Neuvy Sautour afin de pourvoir à son rétablissement financier, Dominique HAUDIQUET, 69 ans, conserve néanmoins son poste de directeur général de l'imprimerie Chevillon à Sens. Ayant relevé ce challenge au début de l'été, l'ex-DG de Laballery y a trouvé une situation délicate eu égard aux difficultés de trésorerie de l'entreprise. SCOT Thermoformage souffrait également d'une carence de modernisme dans ses outils de production, malgré l'installation récente d'une machine supplémentaire.

Aujourd'hui, le défi est de taille mais ne semble pas insurmontable pour le nouvel homme fort de la structure. « Il était nécessaire de faire quelque chose de positif pour cette PME, commente-t-il, nous allons le faire avec lucidité pour atteindre nos objectifs tout en redonnant de l'envie aux personnes qui y travaillent...». SCOT Thermoformage emploie 45 salariés coopérateurs qui désirent bénéficier de cette émulation interne. Ainsi, des perspectives de carrière novatrices vont apparaître au sein de l'entreprise.

« Je veux davantage de qualité et de technique dans l'atelier, s'en explique Dominique HAUDIQUET, parmi l'une de mes premières initiatives, c'est la création de nouvelles fonctions (des régleurs formeurs) avec opportunité promotionnelle en interne...».

scott1.jpg

Un plan d'actions en multiples pistes d'application

Le plan d'actions qu'il a dévoilé au cours de l'assemblée générale de la coopérative ouvrière, se résume en plusieurs points, même si un terme étymologique résume assez bien la situation : rationnaliser.

« Nous allons réduire le chiffre d'affaires de l'entreprise (à l'heure actuelle de 6 millions d'euros) en le ramenant en dessous de cinq millions, argumente le directeur général, les lignes de production vont diminuer, passant de 13 à 10. Les commandes vont être épurées. Attention : nous ne conservons que les bonnes affaires, celles qui sont rentables, en éradiquant toutes les autres qui nous coûtaient jusque là du temps et de l'argent. Nous allons diminuer le nombre de machines mais optimiser le labeur des équipes en 3X8 sur celles qui sont les plus performantes. Bref, nous nous concentrons sur notre coeur de métier avec les cibles de clients qui nous correspondent le mieux. Je vous rassure : tout ceci ne sera que temporaire et provisoire afin de stabiliser notre trésorerie, la renforcer et pouvoir investir dès que l'amorce de la rentabilité se fera sentir...».

D'ici quelques mois, SCOT Thermoformage devrait selon les prévisions de l'entrepreneur reprendre son essor. Ce segment d'activités profite précisément d'une cote de confiance encourageante de la part des observateurs économiques. De plus, la région Bourgogne ne regorge pas de pléthores de PME positionnées sur ce secteur.

SCOTT2.jpg

Sous-traitant du chocolatier Cémoi, l'un de ses clients grands comptes, la coopérative ouvrière de Neuvy Sautour conçoit pour un tiers de ses interventions les emballages blister de sociétés industrielles de la France entière. Dominique HAUDIQUET envisage ce changement de cap avec intelligence pour faire face à la saisonnalité de certaines commandes (les boîtes de chocolat en période de fin d'année). Il a proposé la mise en application de roulements de travail annualisés, permettant à ses collaborateurs d'intervenir dans l'atelier selon des rythmes modulables (une semaine de quatre jours, une semaine de cinq jours) en fonction du cahier des charges de l'entreprise.