Blog Yonne Développement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 2 juillet 2014

Le Maroc, futur berceau de plantations truffières pour les Pépinières NAUDET ?

NAUDET

L’avenir de la trufficulture est-il en train de se dessiner sur le pourtour du continent africain ? Le développement de plantations truffières sur les terres du Maroc s’étudie et s’analyse à l’heure actuelle avec beaucoup d’intérêt. L’une des grandes structures productrices de la région, les Pépinières NAUDET (soit l’équivalent de 30 000 plantations annuelles) s’interroge sur la pertinence d’un tel projet.

Lire la suite...

mercredi 27 novembre 2013

FCCF optimise son introduction sur le marché chinois en créant sa filiale…

La SAS icaunaise de Coulanges sur Yonne, positionnée dans le domaine de l’import/export de produits hétéroclites (technologies, high-tech, montres, ustensiles de cuisine…), a parfaitement réussi son intégration physique sur le sol de l’ex-Empire du Milieu. Sa première filiale asiatique vient d’être portée sur les fonts baptismaux au cœur de l’une des mégalopoles économiques qui compte en Extrême-Orient, la ville de Canton. Ouverte depuis trois mois seulement, la filiale chinoise de la société bourguignonne y emploie déjà deux collaboratrices, maîtrisant parfaitement notre langue et les besoins de développement de sa société mère. Car, FCCF ne se limite pas à la seule fonction commerciale pouvant initier d’étroits liens de merchandising entre les deux pays, fourmillant d’idées, elle espère y trouver des personnes motivées, de part et d’autre des frontières, souhaitant développer du business à grande échelle.

Lire la suite...

lundi 2 septembre 2013

La société icaunaise VIRGO IN prospectera au Tchad dès octobre…

Ce n’est pas vraiment la première des destinations africaines vers laquelle on se destine pour développer ses affaires. Pourtant, ce choix n’a pas l’air d’affecter les jeunes responsables de la société VIRGO IN ! Spécialiste de la sauvegarde des solutions informatiques, la TPE de l’Yonne aura l’opportunité de prendre part pour la première fois de sa jeune existence au Salon international des Technologies de N’Djamena, la capitale de la république du Tchad. Ce déplacement en terre africaine, programmé courant octobre, fait suite à une heureuse rencontre. Celle-ci a été qualifiée de très importante par l’un des dirigeants de la structure.

Lire la suite...

vendredi 23 novembre 2012

Des spécialistes ivoiriens de l'entrepreneuriat s'immergent au sein des rouages de l'Yonne

Les échanges de bons procédés, établis depuis deux ans entre la Mission Locale de l'Auxerrois, la Maison de l'Emploi d'Auxerre et leurs homologues de la communauté d'agglomérations d'Abidjan (Attécoubé, Treichville, Plateau) se poursuivent sur le ton de la réciprocité, de l'intérêt constructif commun et de la franche collaboration. Après avoir accueilli les élus de la Côte d'Ivoire en terre de l'Yonne il y a déjà plusieurs mois, ce sont les spécialistes de l'entrepreneuriat et des services techniques de cet organisme institutionnel qui ont eu la chance de découvrir les arcanes de nos structures dédiés à l'insertion et à l'emploi.

Une petite dizaine de personnes ont effectué le trajet les menant en Europe à la plus grande joie de Fabrice Clerc, responsable de la Mission Locale de l'Auxerrois et du directeur de la Maison de l'Emploi, Alain Bernier. Tous deux leur ont concocté un savoureux programme, fait de rencontres intéressantes en tout genre avec les acteurs de diverses filières économiques et de l'insertion de la région Bourgogne et de Franche-Comté. Les membres du Pôle Entrepreneuriat d'Abidjan ont pu, au cours de leurs pérégrinations, s'imprégner des méthodes employées dans l'Yonne qui servent à la relance économique grâce à l'insertion et à l'emploi.

COTEIVOIRE.jpg

Curieusement, le taux de croissance actuel de la Côte d'Ivoire démontre que le système économique fonctionne à plein régime, soit 9 % de croissance. Or, l'une des principales caractéristiques observées dans ce pays, qui a connu ses heures sombres lors du conflit meurtrier opposant les forces de Laurent Gbagbo à celles de Alassanne Ouattara, est l'absence probante de création d'emplois sur le terrain. L'immersion de techniciens et fonctionnaires ivoiriens dans le tissu économique icaunais n'a eu d'autres objectifs que de leur apporter des ressources intellectuelles et techniques nécessaires leur permettant ensuite, lorsqu'ils regagneront l'Afrique de confirmer, les bons résultats de la croissance en les convertissant sous la forme d'emplois fermes et durables.

L'approche multimédia, dûment expliquée par les équipes d'Auxerre, favorisera le retour sur investissement de cet échange peu ordinaire. En effet, le groupe de techniciens de l'Afrique équatoriale souhaite s'affranchir de nouveaux sites Internet dans leur pays. La population locale bénéficierait de ces possibilités en pouvant accéder avec plus d'aisance à la connaissance informatique, symbole universel de la soif du savoir. Dans leurs valises, les ivoiriens repartiront avec les outils usités par la Maison de l'Emploi et la Mission Locale, notamment des panoramas de la création d'activité ou ceux concernant les offres de formation déclinées auprès d'un public à insérer dans la vie active. Beaucoup de choses restent à créer à Abidjan et sur l'ensemble de ce territoire qui eut son heure de gloire avec la production de fèves de cacao. L'Yonne et ses instances institutionnelles souhaitent y contribuer à leur manière. En nous rendant visite, les ressortissants de Côte d'Ivoire ont déjà fait un sacré bout de chemin vers la voie de la normalisation du développement économique...

lundi 17 septembre 2012

L’australien LCR confirme une commande de 5 Tracto Mas à Nicolas Industrie

Période de reprise ultra satisfaisante pour le spécialiste de la manutention lourde en France, l’entreprise Nicolas Industrie, la filiale du groupe germanique TII à Champs sur Yonne. La bonne nouvelle est tombée il y a quelques jours à peine dans le bureau de Sébastien PORTEU, le directeur du site. Le groupe minier australien, LCR, poids lourd dans son domaine d’activité exerçant ses talents sur le continent de l’Océanie, vient de valider une commande ferme et définitive d’achat de cinq « Tracto Mas », ces énormes tracteurs (les plus gros de la planète) après la phase test de cet été qui s’est révélée positive.

Un atelier spécial pour cette nouvelle ligne de produit

Ce gros contrat ne peut que réjouir la direction de l’établissement icaunais qui s’est fait une spécialité de construire de tels monstres mécaniques depuis déjà plusieurs années. En août, Nicolas Industrie avait terminé l’assemblage d’un premier engin, expédié ensuite vers l’Australie. Avant de surseoir à toute prise de décision définitive, les dirigeants du groupe LCR avaient fort légitimement testé cet ensemble de 1 000 chevaux de puissance en situation réelle dans une de leurs mines à ciel ouvert. Présentant divers atouts ergonomiques pour son conducteur, le Tracto Mas de Nicolas Industrie propose un système sécuritaire anti-retournement, une pressurisation de la cabine de pilotage ainsi que la climatisation. Un argument indispensable à la vente dans le désert australien !

nicolas.JPG

Cet engin particulier, fleuron du fabricant franco-allemand, figure même en excellente position parmi les références spectaculaires du « Guiness Book », le fameux organisme international qui à travers ses ouvrages recense tous les records mondiaux de l’insolite.

La signature de cet énorme contrat tombe à pic pour Nicolas Industrie. La conception du fameux porte-char destiné à l’armée française se terminera d’ici quelques semaines. Ce dossier très fructueux avait mobilisé depuis trois ans la majeure partie des équipes. Fabriquer le Tracto Mas sur le site de Champs sur Yonne s’apparente vraiment à un élément de substitution capital pour le devenir de la société forte de ses 180 salariés. La direction a décidé de créer un atelier spécifique à la construction de ces cinq nouveaux engins. Au passage, l’entreprise devrait procéder à des embauches supplémentaires durant cette période de plein emploi salvatrice. Il serait question de faire appel à du personnel en contrat à durée déterminée pour ce type de mission.

Une commande de Chine déjà honorée...

Le bureau d’études a, quant à lui, déjà bénéficié de l’impact de ces commandes en recevant des fonds visant à améliorer l’outil de travail. L’ingénierie représente un élément extrêmement développé pour les projets novateurs du groupe franco-allemand. TII, par la voix de son mentor, le sénateur Otto Rettenmeier, PDG du groupe, a toujours su privilégier l’angle de l’innovation tous azimuts dans ses choix de prospective.

Une autre commande de Tracto Mas a été arrêtée au cours de la période estivale. Il s’agit d’un contrat honoré par un groupe chinois spécialiste des transports routiers de très grosse charge.

L’engin est déjà en cours de production dans les ateliers icaunais. Demain, le Tracto Mas s’exportera aux confins du Brésil et de l’Afrique du Sud, deux pays à la vocation minière affirmée. Enfin, pour clore ce dossier, un second groupe australien est déjà sur les rangs dans le but d’acquérir à son tour ce fameux engin révolutionnaire. Décidément, on n’a pas fini de parler de Nicolas Industrie et de ses succès !

mardi 28 août 2012

Le CIC Est encourage les PME de l’Yonne à l’export

« Pas de politique de développement saine pour l’entreprise sans passer par la case de l’exportation ! ». Complémentaire de la recherche et de l’innovation, l’export demeure l’un des attraits indissociables de la pérennité de n’importe quelle société en voie de progression. Tous les fins stratèges de la prospective économique incitent les responsables des petites et moyennes entreprises de France à se rendre à l’évidence : sans export, peu ou pas de salut dans un environnement économique qui repose d’abord sur la mondialisation.

Les représentants de l’établissement bancaire régional, CIC Est, multiplient depuis plusieurs mois les rencontres formelles et autres initiatives en ce sens. Promouvoir les vertus bienfaitrices de l’export ne représente nullement une sinécure, bien au contraire, pour ces spécialistes. Le CIC fait profiter de ses atouts à l’international

Directeur du Centre d’affaires entreprises pour les départements de la Haute Marne, l’Aube et l’Yonne, Philippe LANGARD, invite régulièrement les entrepreneurs de ces différentes contrées à le rencontrer lors de manifestations conçues de toute pièce avec des partenaires institutionnels. Il y a peu, la CGPME de l’Yonne lui a tendu une perche en provoquant une rencontre ayant pour contenu le développement des affaires vers deux destinations prisées des PME françaises, le Benelux et plus surprenant le Brésil.

CIC1.JPG

Le CIC Est, filiale régionale du groupe bancaire, dispose il est vrai d’un arsenal informatif très important, mis à la disposition des entrepreneurs qui le désirent. Ces rencontres internationales où se joignent les dirigeants de PME font depuis plusieurs années l’objet de débats passionnants en présence de spécialistes bancaires exerçant ou ayant exercé directement dans le pays servant de trame à ces conférences. Le CIC profite de sa présence dans 55 pays dont ceux du Maghreb, l’Allemagne, la Suisse, la Hongrie ou en République tchèque pour parfaire les contours didactiques de ces interventions.

Une analyse fine des pays étudiés

« Chaque année, explique Philippe LANGARD, un cycle de rencontres internationales est ainsi concocté auprès des groupements d’entrepreneurs autour de cinq ou six pays, qu’ils soient limitrophes à la France (la plupart des PME françaises débutent leur expérience à l’export en optant par les pays frontaliers) ou qu’ils soient plus éloignés, voire limite exotiques comme ce fut le cas dernièrement avec le Brésil. En règle générale, notre choix de sujets porte sur des pays à fort potentiel économique ou lié à une actualité forte. Prenons l’exemple du Brésil : ce grand pays d’Amérique du Sud sera l’hôte des Jeux Olympiques de 2016 et aura accueilli auparavant la prochaine Coupe du Monde de football à l’été 2014. On ne peut passer à côté d’un tel sujet qui interpelle bon nombre de dirigeants de PME européens ! ».

Lors de ces séances initiatiques, les spécialistes du CIC Est procèdent à un éclairage concis et pragmatique de la nation étudiée. PIB, pouvoir d’achat, fiscalité, chômage, analyse des secteurs professionnels en devenir, croissance, monnaie, mode de vie…avec pertinence et réalisme, le tableau prend alors corps, informant au mieux les entrepreneurs studieux.

CIC2.jpg

Commentaire du président de la CGPME de l’Yonne, Olivier TRICON : « les chefs d’entreprise disposent de véritables informations leur permettant de connaître les us et coutumes économiques de ces pays. A l’issue de ce cycle de rencontres, ils ont les cartes en main pour juger si telle ou telle destination leur convient selon leur production… ».

Une chose est sûre : avec la nouvelle saison, les cycles de rencontres du CIC Est devraient être très suivis par les entrepreneurs de l’Yonne, avides de renseignements pratiques.

mardi 3 juillet 2012

Les Jeux Olympiques de Londres auront des retombées bénéfiques pour les Festins de Bourgogne

Chaque jour, près de 4 000 plateaux repas alimentent les voyageurs européens fréquentant les liaisons ferroviaires entre le Royaume-Uni et la France. Desservant Londres, Lille et Paris, les lignes à très grande vitesse européennes (Thalys et Eurostar) verront la capacité de leurs services de restauration augmenter de près de 40 % durant la seule période des Jeux Olympiques de Londres, comprise entre juillet et août. Les passagers en transit entre les îles britanniques et le continent savent-ils qu’en se sustentant à bord de ces fleurons de la technologie française, ils feront progresser le chiffre d’affaires d’une très belle entreprise de l’Yonne : les Festins de Bourgogne ?

FESTINS1.JPG

Depuis plusieurs années déjà, la PME de 250 âmes de Chemilly sur Yonne possède un partenariat d’approvisionnement exclusif avec la SNCF. Accord applicable sur les deux principales dessertes européennes, qui relie Londres à Paris et celle qui permet aux habitants de Bruxelles de n’être qu’à une encablure de la capitale de l’hexagone. Un coup de maître qu’a brillamment su négocier l’opiniâtre Didier Chapuis, responsable de la société. A quelques jours de la cérémonie d’ouverture des nouvelles olympiades, ce chef d’entreprise sait que les retombées indirectes liées à cet évènement sportif planétaire seront importantes pour son entreprise. Le nombre de plateaux repas embarqués à bord des trains européens et servis aux voyageurs soucieux de prendre leur déjeuner devrait avoisiner les 5 500 unités par jour. Beaucoup de supporters des principales délégations européennes passeront immanquablement par Paris pour rejoindre la capitale de l’Angleterre lors de leur déplacement ferroviaire. Sans omettre le flux traditionnel de touristes ayant opté pour la destination insulaire avec l’amorce des vacances estivales. Ils ne bouderont pas leur plaisir en dégustant les formules repas concoctées par le spécialiste du traiteur et de la restauration de l’Yonne. Dès le début de juillet, les ventes devraient s’amplifier à bord des Eurostar et des Thalys. Didier Chapuis estime que « cette progression sera équivalente à plus de 1 500 plateaux repas supplémentaires au quotidien ». Autre indice non négligeable : le nombre de liaison ferroviaire sera revu à la hausse au cours de cette période faste.

Le groupe de Chemilly possède déjà de sérieuses attaches commerciales avec la ville de Londres. Deux grossistes britanniques assurent les ventes des produits icaunais auprès des restaurateurs de la capitale anglaise. Depuis qu’elle approvisionne les trains européens, Festins de Bourgogne a su traverser la Manche et franchir un nouveau cap dans sa politique à l’international. La période des JO sera forcément propice pour accroître la notoriété du groupe des deux côtés du Channel. Son chiffre d’affaires évalué à 30 millions d’euros devrait s’en ressentir favorablement…

mercredi 30 mai 2012

France à Vélo soigne son image de référence du tourisme vert…à l’étranger

98 % de la clientèle de l’agence de voyage icaunaise, France à Vélo, possèdent des origines étrangères. En provenance des quatre coins de la planète, les aficionados de la petite reine puisque telle est la thématique exclusive déclinée par cet organisme original ont jeté leur dévolu sur les offres de services avantageuses mises en ligne par cette SARL de douze personnes. Celle-ci dispose d’un siège social insolite : une très belle demeure bourgeoise sur un site champêtre remarquable, en périphérie de Saint-Georges sur Baulche. Qu’ils s’agissent de ressortissants belges, australiens, néo-zélandais, canadiens, américains ou suisses, tous se rallient à la cause de cette PME, fonctionnelle depuis déjà une douzaine d’années, et totalement méconnue du sérail icaunais. Cette clientèle cosmopolite incarne le même idéal commun, celui de vouloir vivre une forme de tourisme bucolique à bicyclette sur les routes de France, en règle générale, et de la Bourgogne, en particulier.

France_a__ve_lo_2.jpg

Lire la suite...

vendredi 27 avril 2012

Le groupe LAYER : un « super pompier » de l’informatique…

Dans le jargon ultra technique des spécialistes de la chose informatique, chacun connaît le terme de pare-feu. Ou de « firewall » dans la langue des adeptes de Shakespeare. Il existe pourtant une expression tout aussi usitée dans ce verbiage parfois diffus mais davantage franco-français pour désigner les entreprises qui interviennent en toute urgence dans la sécurisation des systèmes névralgiques des entreprises. Le terme est « sapeur-pompier ». C’est ainsi que se définissent les équipes d’intervention de la société Layer Informatique, filiale de Layer Bureautique, née en 1987 à Auxerre. Soit deux années après que la maison mère de cette belle PME de l’Yonne aux 18 collaborateurs fut portée sur les fonts baptismaux de la création par son géniteur, Gilbert Layer. D’ailleurs, il semble très loin le domaine de la bureautique et de la vente d’appareils de reprographie ! Néanmoins, l’entité maîtresse, Layer Bureautique, existe toujours. Elle ne semble pas indisposée par son évolution technologique qui lui sied à merveille. Hervé, le talentueux fils prodigue, vient de s’illustrer en remportant le premier prix national d’un concours de cryptologie au récent Salon de la sécurité à Paris. Brillant, il tient les rênes de cette structure parallèle où pédagogie et intelligence économique forment le même idiome. Layer Informatique développe à grande échelle des systèmes de protection et de sauvegarde des données informatiques fort utiles pour le secteur industriel. Référencée auprès d’illustres appellations de ce domaine si spécifique (IBM ou CITRIX), l’entreprise LAYER s’appuie aujourd’hui sur un réseau de clientèle qui l’amène à intervenir assez souvent très loin de sa base arrière. « Et toujours en urgence ! », concède dans un large sourire le jeune informaticien.

Lire la suite...

mercredi 21 décembre 2011

MP SELF INOX pourrait développer ses affaires en Belgique.

self_inox_1.jpg
Le fabricant icaunais de matériel inox pour les cuisines professionnelles se prend à rêver en cette fin d’année 2011. Après la Pologne où il réalise près de 60 % de son chiffre d’affaires, c’est peut-être au tour de la Belgique de succomber aux charmes techniques de cet assembleur de tables, de rangements, de laverie et de self service qui a choisi l’inox comme matériau exclusif. En effet, l’entreprise d’Auxerre pourrait ces jours prochains se voir confirmer la bonne nouvelle, celle qui lui garantirait la prise de commande définitive de cinq self service à aménager au profit du Parlement européen à Bruxelles ! Un marché de poids qui placerait la toute jeune PME, apparue officiellement le 27 janvier 2010, sur une orbite extraordinaire. Celle de l’expansion à l’international !

Lire la suite...

lundi 21 novembre 2011

VEREM Remorques prépare ses homologations européennes…

VEREM_1.JPGSe doter des meilleurs atouts possibles afin d’accroître sa prégnance sur les marchés européens. Depuis plusieurs mois, le fabricant icaunais, VEREM Remorques, accentue ses préparatifs en vue de l’homologation européenne de ses différents châssis. Un passage obligatoire pour exporter son savoir-faire vers des destinations européennes que la PME d’Etigny tente de conquérir depuis plusieurs mois. Si à l’heure actuelle, le poste « exportation » ne représente que 15 % de son chiffre d’affaires (estimé proche des sept millions d’euros en cette fin d’année), qu’en sera-t-il d’ici quelques mois ? Un procédé d’homologation à reproduire tous les cinq ans… Face à la recrudescence d’une rivalité farouche établie entre fabricants nationaux, l’entreprise icaunaise sait qu’elle peut capitaliser sur l’international pour prétendre jouer dans la cour des plus grands de ce secteur économique si âpre que représente le monde de la remorque. Rien qu’en région Bourgogne, on y recense de nombreux prétendants ! « Tous les cinq ans, notre stratégie consiste à faire homologuer nos différents châssis, explique Arnaud Aymard, ingénieur du bureau d’étude chargé du développement, la démarche facilite nos velléités à l’export (Belgique, Allemagne, Pays-Bas). Cela nécessite une mobilisation totale de nos collaborateurs (l’effectif s’articule aujourd’hui autour de 35 personnes) et un intense travail, fourni en amont, sur une durée d’une douzaine de mois avec des essais affinés en laboratoire…».

Lire la suite...

Fabien Pairon souhaite véhiculer son savoir-faire à l'international...

PAIRON_1.jpgEtre détenteur de l'honorifique distinction de Meilleur ouvrier de France (MOF) donne forcément des ailes et de la reconnaissance. Membre de cette caste de prestige depuis quelques mois seulement, le charcutier-traiteur sénonais, Fabien Pairon, à la tête de l'entreprise L'Atelier G, en apprécie désormais tous les contours. Les rapports avec ses différents partenaires du monde professionnel ont considérablement évolué en un laps de temps très court. Aujourd'hui, pour construire un projet, ce jeune artisan de 37 ans n'a plus besoin de convaincre les banques pour arriver à ses fins. Il bénéficie d'arguments de poids où se déclinent sérieux, pratique et expertise. Un sésame indispensable pour élargir ses horizons... Ceux-ci pourraient s'apparenter à un angle international. Et surtout au désir bien mûri d'exporter un savoir-faire acquis au fil de nombreuses années d'expérience. Pédagogue, il enseigne au lycée professionnel de Troyes. Un vécu qui lui confère une redoutable légitimité pour asseoir dans un fauteuil d'éventuels successeurs. Pourtant, en juin prochain, Fabien Pairon stoppera de manière irrémédiable cette singulière aventure engagée depuis plusieurs années avec le monde éducatif. Il en éprouvera sans doute des regrets. Mais, d'autres enjeux se présentent désormais à lui.

Lire la suite...

vendredi 23 septembre 2011

Les nouvelles visées à l’international de TOURINOX

tourinox Plus petit des cinq prétendants français dans le domaine de la fabrication de mobilier médico-chirurgical, TOURINOX n’en est pas moins le plus véloce au niveau des affaires. L’entreprise de Toucy utilise précisément cette caractéristique liée à sa taille pour en faire sa force de frappe. Notamment, au niveau de la réactivité et de l’adaptabilité aux besoins d’une clientèle hétéroclite, composée exclusivement de maisons de retraite, de cliniques privées et d’établissements hospitaliers. Sur cette niche économique qui souffre, la société icaunaise sait tirer profit de vingt ans de savoir-faire. Récemment, TOURINOX a remporté la mise face à la concurrence pour équiper le complexe hospitalier de Tahiti ! C’est dire si le dirigeant de la PME aux treize collaborateurs croit en ses chances et à son potentiel lorsqu’il entreprend une démarche auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie afin d’optimiser sa présence à l’international. Car si les volumes à l’export représentent à l’heure actuelle à peine 2 % du chiffre d’affaires, les choses devraient évoluer favorablement à l’avenir.

Lire la suite...

mercredi 31 août 2011

Le COBEXI se peaufine pour favoriser les PME à l’international

Légende : Le savoir-faire industriel bourguignon interpellera-t-il les chefs d'entreprise d'Arabie Saoudite ? cobexi L’union fait la force, dit le dicton. L’adage s’applique d’ailleurs à merveille dans le domaine de l’économie. Notamment celui de l’exportation des compétences et des savoir-faire à l’international, un secteur toujours délicat à appréhender pour bon nombre de petites entités professionnelles de l’Hexagone. A contrario de l’Allemagne qui recense près de 300 000 PME exportatrices, la France et ses 80 000 PME qui s’évertuent vaille que vaille à sortir leurs productions hors de notre territoire, font encore pâles figures dans le contexte de la mondialisation actuelle. Que l’on se rassure ! Les choses devraient évoluer de manière positive au cours de ces prochains mois. Grâce à la pugnacité et aux initiatives ingénieuses d’exégètes dans ce domaine de compétences. Les entreprises bourguignonnes pourraient même en profiter très vite… Accompagner les PME vers l’export

Lire la suite...