b Conseil régional de Bourgogne, Préfecture de l’Yonne, Conseil général de l’Yonne, municipalité d’Auxerre, présidence et direction de l’établissement…personne ne manquait au rendez-vous. Ni le corps enseignant. Ni le personnel administratif. Ni les représentants des chambres consulaires, patronales et corporatistes. Même la presse signifiait sa présence à coup de flashs répétitifs ! Une réussite totale, bien au-delà de la configuration de cet espace de travail entièrement réhabilité à la cause de l’apprentissage. Comme le supposerait la célèbre formule publicitaire, « oui, mais, il le vaut bien ! ». La Bourgogne respecte les valeurs de l’apprentissage depuis fort longtemps. Dans les chiffres, cela se traduit par l’implantation d’une trentaine de CFA et CIFA, répartis au gré des quatre départements. Avec une prédominance pour les fameux CIFA, transversaux quant à la qualité des enseignements proposés et des métiers qu’ils abordent. Près de 12 000 jeunes gens fréquentent l’apprentissage et sa voie magique de l’alternance. Une chance d’intégrer au plus vite la vie active avec l’aide d’un tuteur que ne peuvent ignorer les bourguignons. La Région incite déjà les 8 000 entreprises partenaires à soutenir ce mode de formation autrefois si peu considéré par les parents d’élèves français. Budget de l’incitation : 23 millions d’euros ! La boîte à outils François Patriat, président du Conseil régional de Bourgogne, s’en explique : « des aides existent, entre 1 000 à 2 500 euros selon les typologies des dossiers, en faveur des transports, afin de lancer des échanges à l’international, etc. L’apprentissage ? C’est une véritable boîte à outils ! ». La Bourgogne figure au palmarès des trois premières régions françaises à consacrer le plus d’actions à la dynamique de l’apprentissage. Preuve que les jeunes gens de nos quatre départements ne sont pas si frileux à l’idée de vivre une expérience unique dans le monde de l’entreprise et d’en acquérir tous les savoir-faire au côté de véritables professionnels. Le CIFA d’Auxerre profite de ces différentes synergies. Son taux de réussite aux examens dépasse 80 %. Ce qui situe l’établissement icaunais parmi les tous meilleurs en Bourgogne.

« La recherche de la performance motive notre raison d’être », concède Nicole Henry Muster, directrice du site. La liste des travaux n’est pas close. Après l’institut de soins à la personne, le centre de formation devrait à l’avenir poursuivre par le chantier de la modernisation de son internat, l’amélioration du laboratoire physique/chimie et le développement du pôle poids lourds. Dans l’intérêt de ses apprentis !

Thierry BRET